Livraisons. Des revues en Rhône-Alpes et la librairie Le Bal des ardents ont le plaisir de vous inviter à la rencontre


Actualités de Benjamin Péret :

Cahiers Benjamin Péret, n° 6 -- Art primitifs et populaire du Brésil -- Correspondance Breton/Péret


Mercredi 31 janvier 2018 à 19 heures
Librairie Le Bal des ardents 17 rue Neuve 69001 LYON

Entrée libre


Avec Gérard Roche, directeur des Cahiers Benjamin Péret ; Karla Segura Pantoja, chercheuse spécialiste de l'exil mexicain des surréalistes ; Alain Paire, écrivain, critique d'art et réalisateur 

Lecture d'une lettre de Leonora Carrington par Coralie Mangin, comédienne

 

La parution quasi simultanée de trois publications relatives à l'oeuvre et au parcours du poète surréaliste Benjamin Péret nous incitent à les rapprocher lors d'une rencontre à la librairie Le Bal des ardents : le sixième Cahier Benjamin Péret rassemble deux dossiers thématiques consacrés aux "Chemins de l'exil (Marseille et Mexico)" et au "Merveilleux" ; les éditions du Sandre viennent d'éditer Les Arts primitifs et populaires du Brésil réunissant de nombreuses photographies inédites et les textes sur le Brésil de Benjamin Péret ; enfin, les éditions Gallimard publient la riche correspondance entre Benjamin Péret et André Breton, éditée par Gérard Roche, qui est particulièrement éclairante sur la période d'exil du début des années 1940.

 

        

 

 

 

*** 

 

Les Cahiers Benjamin Péret
Les Cahiers Benjamin Péret ne se veulent ni une revue de spécialistes ni l’organe d’adeptes inconditionnels. Nous entendons donner toute sa place à de nouveaux inédits comme aux recherches originales sur l’œuvre et la vie de Péret. Les Cahiers publient régulièrement des dossiers comportant des documents d’archives autour d’un thème ou d’une œuvre précise. Ils présentent également les correspondances restées encore inédites : lettres de Péret et de ses correspondants. Une part importante est faite aux articles apportant un éclairage particulier sur l’œuvre du poète surréaliste dans ses différentes dimensions : poétique, politique, ethnographique. Nous présentons aussi des documents inédits ou peu connus sur l’histoire du mouvement surréaliste, montrant la place et le rôle tenus par Péret dans celui-ci. 

Au sommaire du numéro 6 : Les Chemins de l'exil (de Marseille à Mexico), Le Merveilleux, Correspondances de Benjamin Péret avec Wolfgang Paalen et Leonora Carrington...
 
Edité par l'Association des Amis de Benjamin Péret
146 pages / 20 euros


CONSULTER LE SOMMAIRE COMPLET DU 6ème NUMERO
 

 

*** 
 

Les Arts primitifs et populaires du Brésil
Entre 1955 et 1956, le surréaliste Benjamin Péret arpente par trois fois le Brésil, et va à la rencontre du merveilleux, qu’il entrevoit dans les arts primitifs et populaires. Il photographie de nombreuses œuvres, souvent singulières et saisissantes, en vue d’un livre qui ne verra jamais le jour. Retrouvées à la faveur d’un heureux concours de circonstances, ces photographies sont ici pour la première fois réunies.
 
Préparée par Jérôme Duwa et Leonor Lourenço de Abreu, la présente édition accompagne ces images de plusieurs documents permettant de les éclairer, dont les textes de Péret consacrés au sujet.
Plus de 200 photographies inédites.

Editions du Sandre
216 pages / 35 euros

 

*** 

 

 

Correspondance André Breton / Benjamin Péret (1920-1959)
La correspondance entre André Breton et Benjamin Péret – 1920-1959 – revêt une importance majeure pour la connaissance du surréalisme, non seulement parce qu’elle représente une source inédite de l’histoire du mouvement depuis son origine mais, surtout, parce qu’elle constitue un exemple rare, sinon unique, d’une collaboration étroite et d’une amitié de toute une vie entre deux poètes. Breton disait de Péret : «J’en parle de trop près comme d’une lumière qui jour après jour […] m’a embelli la vie.» Tandis que Péret déclarait : «Je suis, à coup sûr, moins qualifié que quiconque pour parler d’André Breton parce que je ne pourrai jamais disposer du recul nécessaire pour apprécier une œuvre et surtout une vie qui m’est si amicalement proche depuis près de quarante ans.» Cette correspondance montre, loin des idées toutes faites, la véritable nature de cette relation reposant sur des affinités électives, des inclinations et des goûts sensiblement différents, mais en même temps complémentaires et indissociables. Comme le souligne Claude Courtot : «Ce principe supérieur ne serait-ce pas le signe d’une personnalité unique – trop écrasante pour un seul homme – […] et qu’ils s’efforceront de rassembler ?» On assiste à un dialogue mené sur un pied d’égalité n’excluant ni les désaccords ni les nuances et qui apporte un démenti aux caricatures faisant de Breton un chef autoritaire et dominateur et de Péret le fidèle exécutant dans l’ombre du maître. 
Tout au long de ces presque quarante années d’échange se succèdent des moments sombres ou lumineux : toute une vie à la hauteur de l’idée de liberté, d’émancipation de l’esprit et de transformation sociale que le surréalisme s’était fixée dès sa naissance.
 
Edition de Gérard Roche
Editions Gallimard -  collection Blanche
464 pages / 29 euros